Pour ceux qui s’intéressent (de près ou de loin) au street-art, le nom de JR vous est très probablement familier. Véritable « star » dans son domaine, JR a parcouru le monde entier pour réaliser ses oeuvres monumentales avec la technique de collage photographique. Nombreuses de ses fresques murales sont devenues des icônes du street-art : ses séries de clichés de danseuses classiques en plein coeur des cités (que j’avais eu la chance de voir à la Galerie Perrotin), ses photos collées à la frontière américano-mexicaine, son « yeux » collés sur un porte-conteneur au Havre (« Woman are Heroes »), et plus récemment son génialissime film réalisé avec Agnès Verda « Visages villages » … Dans les rues, dans les quartiers, dans le monde entier, JR se définit comme un artiste engagé, qui veut toucher les personnes qui ne vont pas au musée.

Forcément, avec un tel positionnement, la question d’une exposition « classique » (dans un musée donc) se pose : faut-il, oui ou non, amener un artiste des rues dans un musée ? La Maison Européenne de la Photographie pense en tout cas, que c’est possible en proposant une rétrospective du travail de l’artiste via son exposition « Momentum, la mécanique de l’épreuve », qui est la première grande exposition de JR au sein d’une institution française.

Le verdict est légèrement mitigé. En effet, en tant que grande admiratrice du travail de JR, j’ai trouvé ça curieux de retrouver son travail dans un lieu aussi « conventionnel » que la Maison Européenne de la Photographie. Certes, il s’agit d’un très beau lieu (un vieil immeuble parisien sur plusieurs étages avec un joli parquet chevron), mais je trouve que ses pièces exiguës ne se prêtent pas très bien pour exposer des oeuvres « hors normes ». On aurait tendance à imaginer une exposition dans un hangar gigantesque ou un lieu un peu atypique.

De nombreuses photos de ses projets sont exposées (forcément, des photos encadrées de ses oeuvres monumentales … ça a moins d’impact que de voir l’oeuvre en vrai …) et certaines sont plutôt bien réussies. J’ai notamment beaucoup aimé ses premières séries de photos prises à Paris (le format « série de petites photos » se prêtant bien au musée), sa fresque animée et interactive ayant pour sujet la place des armes à feux aux Etats-Unis ou bien encore la photo de l’athlète en pleine activité, découpée et placée en plein coeur de la salle. On regrette cependant de ne pas avoir pu rentrer dans la petite « cabane » immersive (trop de monde…).

Vous l’aurez compris, on regrette, le côté un peu trop « conventionnel » de l’exposition, qui occulte le travail monumental de cet artiste des rues.

***

Informations pratiques 

JR – Momentum, la mécanique de l’épreuve

Jusqu’au 10 février 2019

Maison Européenne de la Photographie

5/7 Rue de Fourcy – 75004 Paris

Horaires : Ouvert au public du mercredi au dimanche, de 11h à 19h45.

Tarif : 11€

Plus d’informations : https://www.mep-fr.org/event/jr/

 

Marine

Cet article Du street-art à la Maison Européenne de la Photographie avec l’exposition JR est apparu en premier sur Quand les bobos voient double.

Voir la source
Author: bobosvoientdouble